Camponotus japonicus

Asie

1) CLASSIFICATION ET SIGNIFICATION : 

FAMILLE : Formicidae
SOUS FAMILLE : Formicinae
TRIBU : Camponotini
GENRE : Camponotus
ESPÈCE : Camponotus japonicus

TAXONOMISTE ET ANNÉE DE DESCRIPTION : Mayr, 1866

NOMS VERNACULAIRES : Kuro-oo-ari (Japonais)
SYNONYMES ET ANCIENS NOMS UTILISÉS : Camponotus herculeanus manczshuricus Emery, 1925 ; Camponotus japonicus miltotus Wheeler, W.M,1929 ; Camponotus japonicus sanguinea Karavaiev, 1929 ; Camponotus japonicus wui Wheeler, W.M, 1929.

ÉTYMOLOGIE GENRE : « Campo » du grec « Kampé » : courbé, « notus » du latin : dos.
ÉTYMOLOGIE ESPÈCE : « Japonicus » du latin « qui vient du japon » car c’est la première espèce décrite dans ce pays.

 

2) MORPHOLOGIE ET IDENTIFICATION : 

TAILLE GYNE : 17-19 MM

TAILLE OUVRIÈRES: 6-14 MM

TAILLE MAJORS : 14-18 MM

TAILLE MÂLES : 11-13 MM

MORPHISME : Polymorphe, on observe donc une caste de major relativement distincte du reste des ouvrières même si la différenciation entre média et minor est moins évidente.

FAISANT PARTIE D’UN GROUPE D’ESPÈCE CRYPTIQUE : Camponotus japonicus fait partie d’un grand groupe d’espèces cryptiques dont elle est difficilement différenciable. Elle est par ailleurs souvent comparée à notre Camponotus vagus endémique.

DESCRIPTION ET PARTICULARITÉS PHYSIQUE : Le genre Camponotus se caractérise par un polymorphisme important, et des individus généralement de grande taille.

3) BIOLOGIE : 

DESCRIPTION DU BIOTOPE : Plaine et lisière de forêt tempérées. Camponotus japonicus niche principalement sous les arbres le long des chemins afin de profiter à la fois de l’ombre et du soleil suivant la période de la journée.

NIDIFICATION : Les nids se retrouvent le plus souvent directement dans le bois mort ou dans le sol.

DÉMOGRAPHIE : Les colonies matures de Camponotus japonicus comportent souvent jusqu’à 20000 individus.

PARTICULARITÉS COMPORTEMENTALES : Ne présente pas de comportement propre à l’espèce mais présentera une forte agressivité une fois la colonie établie. Cette Camponotus appartient au complexe herculean, un groupe de grandes Camponotus de l’hémisphère nord (japonicus, boracensis, novaeboracensis, herculeanus, ligniperda, sansabeanus, modoc, vagus et castaneus) jouant généralement un rôle à part entière dans les écosystèmes qu’elles occupent.

ALIMENTATION : Miellat et insectes sont les deux principaux éléments de leur alimentation. On notera une préférence pour les insectes diptères même si elles s’accommoderont de toutes les sources de protéines qu’elles trouveront.

ESSAIMAGE : Entre Mai et Juin.

GYNIE : Cette espèce est strictement monogyne. pratiquant la pleometrose.

FONDATION : Indépendante et Claustrale. Après l’essaimage, les gynes creusent une loge dans la terre et ne se nourrissent pas jusqu’à l’arrivée des premières ouvrières.

CYCLE DE DÉVELOPPEMENT : Exogène hétérodynamique, même étant une espèce tropicale Camponotus japonicus nécessite une diapause à des températures moyennes de 15 degrés durant quelques semaines.

 

4) RÉPARTITION : 

L’espèce est largement répandue dans toute l’Asie du sud, des philippines jusqu’au nord de la Russie, même si elle est plus abondante au Japon et en Corée du sud.

5) ÉLEVAGE : 

TEMPÉRATURE DE MAINTIEN : 24-28°C

SET UP : Une fondation classique en tube à essai conviendra facilement à cette espèce qui s’accommodera par la suite de tout type de nid. Un terrarium au biotope semi-tropical peut aussi faire l’affaire, attention tout de même à ce que celui-ci soit de taille suffisante pour maintenir une colonie adulte sans compromettre la visibilité.

HYGROMÉTRIE : Entre 50 % et 70 % ; cette espèce a besoin d’un gradient d’humidité assez haut correspondant à sa zone de répartition.

ALIMENTATION EN ÉLEVAGE : Comme toute les Camponotus, passé la fondation, elles ne sont pas difficiles sur la nourriture, et accepteront tout type de substances sucrées (eau sucrée et autres pseudo-miellats, beetle jelly, fruits…), accompagnées d’un apport en protéine assez conséquent en insectes morts par exemple. Une fois la colonie bien établie celle-ci semble même capable de chasser de petits insectes (mouche, vers de farine de taille raisonnable…). Attention, lors de la fondation les ouvrières vont presque systématiquement éviter les insectes morts si ils sont trop gros, préférez donc les petits insectes comme les moustiques/drosophiles.

FOREUSE ? : Oui, un nid avec un blindage classique au mortier colle fera l’affaire.

FONDATION : Indépendante et claustrale ; les gynes n’ont donc pas besoin de nourriture pour fonder. Le développement est assez rapide pour son genre, de l’ordre du mois et demi à deux mois de la ponte à l’ouvrière adulte.

DÉTAILS À AJOUTER : Même si l’espèce peut sembler assez timide au stade de la fondation elle deviendra vite plus confiante dépassé la vingtaine d’ouvrières, devenant même agressive et n’hésitant pas à chasser si l’occasion se présente. Cet excès de confiance passé 20 ouvrières chez les minors est assez paradoxal comparé à la timidité des premiers majors et médias de la colonie qui resteront spectateurs des parties de chasse et de la défense du nid tant que ceux-ci ne sont pas présents en nombre dans la colonie.

DIFFICULTÉ D’ÉLEVAGE : Assez Facile. Elles sont plutôt robustes, grosses et agressives et tolèrent une large gamme de conditions d’élevage ; c’est donc une espèce parfaite pour se lancer dans les espèces exotiques pour un éleveur qui désire une espèce facile, active et facilement observable. Il faudra tout de même faire un investissement sur un tapis chauffant et un thermostat de qualité ainsi qu’un bon contrôle de l’hygrométrie pour maintenir l’espèce dans les meilleures conditions possibles.

Sources et crédits :

https://antwiki.org/wiki/Camponotus_japonicus

https://antmaps.org/?mode=species&species=Camponotus.japonicus

https://www.antstore.net/shop/de/Ameisen/Ameisen-aus-Asien/Camponotus-cf–japonicus.html

http://natural-japan.net/?p=167

Photo major Camponotus japonicus par Ryan perri

et l’expérience de nos éleveurs !

antshq.co.uk

wakooshi

antsrus

instagram @one_ants @j.ojo_o

anstore

Fiche rédigée par j’ojo

Laisser un commentaire