Formica fusca

Europe

1) CLASSIFICATION ET SIGNIFICATION :

FAMILLE : Formicidae

SOUS FAMILLE : Formicinae

TRIBU : Formicini

GENRE : Formica

ESPÈCE : Formica fusca

TAXONOMISTE ET ANNÉE DE DESCRIPTIONLinnaeus, 1758. Il s’agit de l’une des premières espèces de fourmi à avoir été décrites.

NOMS VERNACULAIRESFourmi brune (français).

SYNONYMES ET ANCIENS NOMS UTILISÉSCette espèce est parfois dénommée Formica (Serviformica) fusca, ou encore Serviformica fusca. Les sous-genres de Formica, comme Serviformica, ne sont théoriquement plus valides d’un point de vue taxonomique ; cela ne les empêche cependant pas d’être encore largement utilisés pour séparer simplement les différents groupes d’espèces, morphologiquement et biologiquement très divergents les uns des autres, qui composent le vaste genre Formica.

ÉTYMOLOGIE GENRE : Du latin formica, « fourmi ».

ÉTYMOLOGIE ESPÈCE : Du latin fuscus, « sombre ».

2) MORPHOLOGIE ET IDENTIFICATION :

TAILLE OUVRIÈRES : 3,5-7 MM

TAILLE GYNE : 8-10 MM

TAILLE MÂLES : 7-9 MM

MORPHISME : Monomorphe, bien que l’on puisse observer une subtile différence de taille entre les ouvrières d’une même colonie.

CONFUSIONS POSSIBLES : Bien qu’elle ne fasse pas partie d’un groupe d’espèces cryptiques à proprement parler, il est difficile de séparer Formica fusca des espèces proches sans observation à la loupe binoculaire, la pilosité constituant le principal critère d’identification. On peut ainsi la confondre avec Formica lemani, Formica cinerea, Formica selysi, et bien d’autres.

DESCRIPTION ET PARTICULARITÉS PHYSIQUES : Formica fusca est une fourmi d’assez grande taille, entièrement grise à l’exception de pattes et d’antennes montrant des nuances rougeâtres. Les ouvrières, hautes sur pattes, sveltes et dotées d’ocelles, présentent une silhouette typique du genre Formica. Les gynes, adaptées à leur mode de fondation claustral, possèdent un gros gastre apte à se distendre en d’importantes physogastries.

3) BIOLOGIE :

DESCRIPTION DU BIOTOPE : Formica fusca peut s’observer dans une très large gamme de biotopes, des prairies aux forêts clairsemées en passant par les parcs urbains. Alors qu’au Nord de son aire de répartition elle abonde en plaine, plus au Sud elle se retrouve surtout en montagne à plus de 1 000 mètres d’altitude ; elle est plus rare au-delà de 2 000 mètres, où elle subit alors la concurrence de Formica lemani.

NIDIFICATION : Les nids de cette espèce sont terricoles, souvent partiellement construits sous des pierres exposées au soleil où les ouvrières placent le couvain pour accélérer son développement. Au printemps, les gynes remontent également dans ces solariums afin de stimuler leur activité ovarienne.

DÉMOGRAPHIE : La démographie des colonies est variable, de quelques centaines jusqu’à plusieurs milliers d’ouvrières.

PARTICULARITÉS COMPORTEMENTALES : Formica fusca est une fourmi agressive et active, bien qu’assez timide en comparaison d’autres représentantes du genre Formica. Elle fourrage essentiellement en solitaire, même si l’on peut observer des recrutements notables autour des sources d’abondante nourriture. Le couvain, assez peu organisé, comporte parfois autant de cocons que de nymphes nues.

Cette espèce peut être l’hôte de nombreuses Formica à fondation dépendante, et subit les raids des esclavagistes Formica sanguinea et Polyergus rufescens.

ALIMENTATION : Formica fusca est une chasseuse agressive, parcourant inlassablement le sol à la recherche d’insectes. Elle est également friande de nourriture sucrée, et explore ainsi la basse végétation et les arbres pour y trouver nectar et miellat de puceron ; il n’est pas rare de l’observer se nourrir sur diverses fleurs, notamment les ombellifères.

ESSAIMAGE : Les essaimages de Formica fusca ont lieu de juin à juillet, parfois jusqu’à début août. Ils ne sont jamais massifs, et s’étalent souvent sur plusieurs jours d’affilé.

GYNIE : Polygyne secondaire. On trouve parfois plusieurs reines par colonie, bien qu’il n’y en ait souvent qu’une seule ; ce n’est généralement qu’après une fondation monogyne que des reines supplémentaires viennent renforcer les rangs d’une colonie de grande taille.

FONDATION : Indépendante et claustrale ; après l’essaimage, la gyne s’aménage une loge dans le sol et élève seule sa première génération d’ouvrières, sans s’alimenter durant cette période.

CYCLE DE DÉVELOPPEMENT : Endogène-hétérodynamique ; l’arrêt de la ponte et le ralentissement de l’activité en vue de la diapause sont déclenchés par l’horloge biologique de la colonie, indépendamment des conditions extérieures, généralement dès août.

4) RÉPARTITION :

L’aire de répartition de Formica fusca est très vaste, comprenant toute l’Europe et l’Asie tempérée, débordant même sur l’Afrique du Nord. En France, elle est présente partout ou presque.

DISTRIBUTION MONDIALE SELON ANTMAPS.ORG :

       

5) ÉLEVAGE :

TEMPÉRATURE DE MAINTIEN : 20 à 27 °C.

SET UP : Après une fondation en tube à essai, Formica fusca se contente de tout type d’installation classique ; les nids en plexiglas sont cependant à éviter. Les ouvrières étant d’actives fourrageuses, n’hésitez pas à proposer une grande aire de chasse à la colonie.

HYGROMÉTRIE : De 20 à 60 % de la surface du nid humidifiée.

DIAPAUSE : Comme chez la plupart des espèces françaises, la diapause est obligatoire. Elle devra durer environ 4 mois, généralement de novembre à mars, à une température environnant les 5 à 10 degrés. Les gynes arrêtant souvent de pondre dès août, il n’y aura normalement plus de couvain au moment de la diapause.

ALIMENTATION EN ÉLEVAGE : Les Formica fusca ne sont pas difficiles, et se contentent en captivité de diverses nourritures sucrées (pseudo-miellats, beetle jelly, fruits…) complémentées d’insectes en tout genre. Ceux-ci pourront être donnés fraîchement tués, voir vivants lorsque le nombre d’ouvrières est suffisant.

FOREUSE ? : Non.

FONDATION : Indépendante et claustrale. Après l’essaimage, la gyne n’a pas besoin de nourriture pour fonder ; laissez simplement le tube à essai dans un endroit sombre et peu dérangé en attendant les premières ouvrières, petites et faibles, qui arriveront souvent moins d’un mois et demi plus tard. La deuxième génération n’est généralement pondue qu’au printemps suivant la fondation, après une première diapause ; faites preuve de patience !

DÉTAILS À AJOUTER : Cette espèce grande, agressive et au développement rapide fera le bonheur de tout éleveur, néophyte comme expérimenté.

Si vous souhaitez tenter l’élevage de Formica à fondation dépendante ou de Polyergus, il est utile sinon nécessaire d’élever au moins une colonie de Formica fusca ou d’une espèce proche, afin de pouvoir y prélever du couvain dès que cela est nécessaire.

DIFFICULTÉ D’ÉLEVAGE : Facile. Bien qu’ayant une vive propension au stress, cette espèce robuste conviendra à n’importe quel éleveur attentionné, même débutant.

SOURCES ET CRÉDITS :

Crédits photographiques :

  • Antweb.org : spécimens morts
  • James Lindsey via Wikimedia Commons : ouvrière in vivo
  • « nutmeg66 » via Flickr : ouvrière in vivo (photographie de couverture)
  • « barnyz » et Benny Siegert via Flickr : biotopes
  • instagram @one_ants
  • Luc Coekaerts
  • wakooshi
  • wikimedia commons

Sites Internet :

  • Antwiki.org
  • Antarea.fr
  • Fort.thomas.free.fr

Ainsi que l’expérience et les observations des éleveurs.

FICHE RÉDIGÉE PAR : CLAVIGER

Laisser un commentaire